La medecine chinoise

 La médecine chinoise est présentée souvent comme une médecine alternative alors qu’en réalité c’est une médecine à part entière.

Elle est surtout connue par l’acupuncture qui n’est qu’un outil parmi d’autres.

En effet, la pratique de la médecine chinoise comporte un ensemble de techniques : la moxibustion, l’acupuncture,  les ventouses, la pharmacopée, la diététique, le tui na (ostéopathie chinoise), les massages (Anma ou shiatsu en japonais), la digipression (pression avec les doigts sur les points d’acupuncture) et les techniques de réanimation.

De même en médecine chinoise on n’établit pas de diagnostic comme en médecine occidentale, on évalue l’état énergétique du corps en fonction de la bonne circulation de l’énergie (qi), de l’équilibre entre le yin et le yang, et l’équilibre entre les méridiens qui sont des canaux dans lesquels passe l’énergie et qui sont reliés aux organes.

C’est une médecine préventive qui a pour mission de garder le corps en bonne santé mais c’est aussi une médecine curative capable d’intervenir quand la maladie se déclare.

Elle est souvent hermétique pour nous occidentaux, en particulier à cause  son vocabulaire imagé, loin du langage scientifique auquel nous sommes habitués.

C’est une médecine holistique et non une médecine de segmentation, ce qui lui donne une redoutable efficacité.

Elle est extraordinairement bien supportée par tous les animaux qui manifestent immédiatement un bien-être qui favorise avantageusement la guérison.